Fasciné par les murs blanchis à la chaux des vielles maisons qu’il a habitées et par les objets dispersés sur le sol comme autant de traces laissées par leurs occupants, Hammoud Chantout a commencé à peindre dès l’âge de quatorze ans. Aussi le mur, le mur blanc qui foisonne de souvenirs et de rêves d’enfant idéalisés, est-il devenu son sujet de prédilection. C’est là l’expression la plus fidèle, la plus vivante et la plus orientale de son itinéraire artistique, miroir de ses rêves, chagrins, espoirs et joies : Lumières d’un mur…

Vernissage le vendredi 18 septembre à 18 heures.