« Je commence par chercher la bouche, son expression… Puis j’écarte l’orifice, je l’ouvre, qu’elle respire, que l’oxygène circule. Sinon j’asphyxie… Je travaille alors le visage, je le caresse pendant des heures, puis tout d’un coup je le griffe, je le salis, je l’abîme, je casse le joli, le policé, j’enfonce mon poing à l’intérieur du crâne, le visage s’élargit, les traits se déforment, mes doigts attaquent les recoins, je pousse encore, la matière craquelle, des fissures se dessinent, mes ongles grattent, je m’engouffre, la terre éclate, les multiples vibrations apparaissent commme plein de petites veines, comme d’innombrables et minuscules rigoles d’eau, je vois rentrer la vie – la terre est une matière vivante avec ses propres lois, qui réclame de l’attention, une écoute, elle est mon guide dans notre union – juste mes doigts, aucun outil entre elle et moi, un combat à mains nues, une bataille acharnée et sauvage, un duel d’amour qui s’affronte jusqu’à la confusion, l’oubli. Ni dominant ni dominé, un jeu d’équillbre, je cherche la faille, je flirte avec le danger, j’explore le point de jonction, l’ultime point d’équilibre. L’instant où tout bascule, où l’accident jaillit, où la rencontre se produit, qui donne la vie, où la terre s’affirme et s’impose dans la création… Alors la sculpture naît. »

Les Mots Avalés, Catherine Wilkening, Edition Michel Lafon.

Opening on Saturday 13 November 2021 at 5 p.m.